Si vous avez besoin de moi, je ne suis (surtout) pas là !

Publié le par Gilloux99

Après bientôt 9 mois de chômage, l'attente de retrouver un travail commence à devenir (vraiment) longue, et l'envie de travailler à nouveau me démange de plus en plus. N'en déplaise à certains, j'ai des compétences à exploiter, et ces compétences se paient ! C'est pourquoi j'ai certaines prétentions salariales, afin d'une part ne pas dévaloriser mes compétences, mais aussi pouvoir vivre convenablement.

Cependant, cela ne m'empêche pas de candidater à des postes pour lesquels la rémunération proposée est inferieure à mes prétentions. En effet, hormis le fait qu'un entretien supplémentaire permet de rester dans le rythme, l'entreprise peut être amenée à revoir son offre à la hausse si le profil plait vraiment. D'autre part, il peut être pertinent d'accepter un poste moins payé si "on sent bien" une évolution rapide vers un poste à responsabilité supérieure, associé à une augmentation de salaire.

C'est dans ce contexte que j'ai accepté une entretien pour un poste de superviseur en centre d'appels, au fin fond de la Picardie profonde. Le salaire proposé était inférieur de 20% à mon précédent poste, mais le ton de l'entretien téléphonique m'a séduit.

J'ai donc demandé auprès de mon agence Pôle Emploi un défraiement de mes frais kilométrique. Car la ville de C. est située à 80 km de mon domicile, et par le train, c'est 2h30 de trajet (et oui, avec la SNCF, tout est possible !). Là, stupeur, ce dispositif n'existe plus, et la conseillère qui me propose un trajet en train trouve cela normal. J'oubliai, je suis chômeur, j'ai donc du temps libre !!!

Cela ne m'empêche pas de me rendre à l'entretien en voiture, entretien qui se passe bien. Recruteur semble vouloir m'embaucher, mais n'est pas prêt à faire un geste coté salaire. Mais le poste et les perspectives d'évolution semblent cependant intéressantes. C'est pourquoi je décide, avant de rendre ma réponse à recruteur lundi prochain, de contacter Conseiller Personnel au Pôle Emploi pour faire un panorama des dispositifs d'aide au retour à l'emploi, à la mobilité, etc … qui existent. Et ce afin de pouvoir prendre une décision éclairée.

J'ai donc contacté Conseiller par email (c'est plus rapide m'avait-il dit lors de notre premier entretien), en lui précisant qu'il me faut une réponse aujourd'hui, pour pouvoir me décider ce week-end. Devinez quoi ? J'ai pas eu ma réponse. Et l'agence étant fermé le vendredi après-midi pour des réunions (euh … ca j'en doute !), je n'aurai donc pas cette réponse.

Moralité : en plus de devoir payer pour se rendre à un entretien, largement en dehors du cadre du contrat de retour à l'emploi (plus de 30 km et/ou plus d'une heure de route), il ne faut surtout pas avoir besoin d'une réponse du Pôle Emploi avant de prendre une décision. Autre moralité, je ne suis pas en solde, et je peux décemment accepter, au motif que je recherche du travail, une diminution de 20 % de mon salaire, pour un poste équivalent. A mon avis, ce n'est pas comme ca que les chiffres du chômage baisseront … à mon d'investir dans des cierges ???

Commenter cet article